14 janvier 2016 Sebastien Mezières

Styles de management

  • Autoritaire :

Il découle des principes d’administrations industrielles développées par FAYOL et des principes d’autorités exposées par WEBBER. Ce style de management prend son encrage sur l’autorité du chef qu’on ne saurait remettre en cause : les ordres sont retransmis du haut vers le bas de la hiérarchie en suivant la chaîne de commandement. Le rôle du manager  consiste à transmettre les ordres, les salariés sont contraints d’obéir aux ordres sous peine de sanction voir de licenciement. Le manager demande à ses collaborateurs de lui rendre compte de ce qu’ils font, ses missions sont orientées vers les résultats à atteindre. Ce style de management est efficace lorsqu’il s’agit de gérer des situations d’urgences mais est peu adapté en situation courante car il démotive et n’encourage pas la communication ascendante, il peut même inciter les collaborateurs à se rebeller.

  • Participatif :

Il fait le lien entre le management (gestion des hommes) et la participation (des acteurs de l’E dans les prises de décisions, la responsabilisation, l’autonomie…). La mise en place de ce style de management modifie les rapports entre les différents acteurs de l’organisation et entraine une modification des facteurs humains : plus grande motivation, épanouissement de l’individu au travail, considération accru …. Il renforce la cohésion, la motivation et l’esprit d’équipe.

  • Consultatif :

Il existe une bonne communication  horizontale et verticale. Le travail d’équipe est favorisé. Il y a une recherche d’implication des subordonnés dans les décisions mais sans avoir d’influence sur celle-ci.

  • Paternaliste :

Il est moins autoritaire que le manager autoritaire, il peut être proche de ses collaborateurs car les relations se fondent davantage sur la confiance. Il peut demander l’avis de ses collaborateurs mais reste décisionnaire.